les mélanges hors programme en GS ?

6 posts / 0 new
Last post
les mélanges hors programme en GS ?

Bonjour

Je passe dans 10 jours l'admissibilité du CAFIPEMF et j'ai préparé une unité d'apprentissage sur l'eau pour ma classe de GS. J'ai prévu de présenter une séance sur les mélanges. Tout est prêt mais depuis que j'ai proposé à la critique ma séance sur un forum spécialisé dans la préparation du CAFIPEMF, je suis dans le flou le plus total et c'est la grande panique dans ma tête. Des enseignants de cycle 3 m'ont fait remarquer (avec justesse) que les mélanges et solutions étaient au programme du CM1 avec le vocabulaire approprié (homogène, hétérogène...) et que j'étais carrément hors programme en proposant à mes GS de travailler sur les mélanges. Pour moi, travailler sur les mélanges était une évidence dans la mesure où dans les attendus de fin de maternelle il y a la compétence "nommer décrire comparer ranger et classer des matières et des objets selon leurs qualités et leurs usages". Tester des mélanges de substances avec l'eau illustrait pour moi comparer, ranger et classer des matières selon leurs qualités. Je pense que la solubilité et la miscibilité sont des qualités d'une matière. De même découvrir le pouvoir solvant de l'eau avec certaines matières correspondait à la partie du BO "c'est en coupant, en modelant, en assemblant, en agissant sur les matériaux usuels comme le bois, la terre, le papier, le carton, l'EAU etc...que les enfants repèrent leurs caractéristiques simples". Mon problème est donc de savoir si j'interprète mal les programmes. Si c'est le cas je ne suis visiblement pas la seule vu le nombre de blogs de classe maternelle où on retrouve ce type d'expériences. Ma question est donc une question de vocabulaire. il s'agit de savoir si oui ou non la solubilité et la miscibilité sont des qualités d'une matière et si le pouvoir solvant de l'eau est considéré comme une caractéristique simple de l'eau. Je voudrais donc avoir l'avis des spécialistes pour savoir si je suis hors programme avec une séance sur les mélanges en maternelle. Merci beaucoup pour votre aide.

Oui les mélanges sont au programme du CYCLE 3 AVEC DES. OBJECTIFS SPÉCIFIQUES QUI TIENNENT COMPTE DE L'ÂGE ET DE LA MATURATION DES ENFANTS.
Les mélanges supposent acquises les propriétés "élémentaires" de l'eau (l'eau coule, l'eau remplit des creux, la glace peut se transformer en eau,, l'eau a de la force, etc... : des propriétés physiques de 1er niveau abordées au cycle 1 puis 2, qui sont conformes aux objectifs de la maternelle.. Tandis que les mélanges sont un concept plus complexe.. qui demande une maturation donc, seront abordés dans toute leur complexité dès le CE2 et ensuite. Par exemple, miscibilité, et solubilité , etc...
Car en sciences expé, on recherche l'éveil au phénomène ( en maternelle) ainsi que les premiers rudiments de la pensée scientifique )attention : je n'ai pas dit ... La démarche expérimentale !!)
Donc, je suggère de construire d'abord les différentes propriétés de l'eau liquide, simplement. Ce qui offre de construire les classements (plus /moins), décrire, comparer en utilisant l'eau par chaque enfant ..en GS : l'enfant de 4 ans et demi pourra, par exemple, fabriquer ses glaçons de forme imposée ( ex : glaçons pointus) . Ce n'est qu'après ces prémisses, en fin d'année scolaire, que l'on pourra par exemple travailler sur "à quoi sert le savon pour se laver les mains ? "... Faire des essais comparatifs ( des mains très sales à nettoyer avec ou sans savon... Faire ensuite le test passer les mains propres à l'eau seule, et des mains savonnées à l'eau : comparer l'eau du lavage. Se demander pourquoi la distinction : propositions ... Et indices de test ( eau trouble/eau toujours transparente. Pour parvenir en conclusion : avec le savon, l'eau de lavage devient trouble = il y a du savon dans l'eau : l'eau savonneuse est nommée un mélange. Recherche de divers mélanges avec l'eau ... Faire un sirop de grenadine ou de fraise.

AINSI est abordée la notion de mélange.... sans forcément devoir traiter l'usine à gaz du vocabulaire du cycle 3... Et ses concepts (miscibilité, solubilité, hétérogène, etc...) nommés souvent sans que les prémisses introductif aient été abordés.
ET PUIS... les enfants sont friands de découvrir des phénomènes ... à condition qu'ils soient à leur portée... Et si les sciences expé NE SONT PAS DES MATHS NI DU CALCUL, H la science N'EST PAS UN CATALOGUE DE VOCABULAIRE.
Inversement, pour formuler les phénomènes, des observations et ce que l'on a compris en posant des questions et en faisant des manipulations ( pas encore totalement des expériences avec démarche expé en GS), le langage est indispensable : on introduit les mots nouveaux quand l'élève en à besoin...ou pour la conclusion ET "ce que j'ai appris"

VOIR CHEZ anciennement Pierron, les ouvrages / bibliothèques (8) que j'ai fait pour la maternelle avec une première partie générale sur les démarches et sur l'écrit en maternelle. (pardonnez cette référence... Car je devrait décliner ma réponse sur encore au moins 4 ou 5 pages !!). Il y a aussi un spécial n° sur l'eau et l'air en cycle d'eau utilisable en GS!

Bon travail

Claudette Balpe
MDC honoraire en sciences de l'éducation - didactique des sciences expérimentales
cbalpe@orange.fr
Projet educasciences : htm://www.educasciences.org/Sciences_en_ligne/

Bonjour,

Attention effectivement au vocabulaire : dans les qualités d'une matière on trouve, doux, dur, rugueux, lisse, etc.

Pour être puriste, solubilité et miscibilité sont des propriétés et non des qualités.

Dans les caractéristiques simples de l'eau, je mettrai le fait qu'elle prend la forme du récipient qui la contient par exemple, qu'elle peut geler, etc. Peut-être déjà penser aux caractéristiques de l'eau en elle-même (et aborder les états de l'eau) avant de parler de sa capacité de solubilisation (qui n'est pas "simple").

Enfin, "les mélanges et solutions sont plutôt traités au cycle 3 avec pour objectif de comprendre que la matière est conservée même si nos sens semblent assister à une disparition" dixit mon inspecteur.

Cordialement.

Sandrine Marvilliers

Une unité d'apprentissage sur l'eau pour des enfants de grande section de maternelle doit utiliser un vocabulaire simple, et il ne s'agit pas d'entrer dans des notions plus complexes qui seront abordées à partir du CE2. Les mélanges avec l'eau doivent être présentés avec un vocabulaire simple utilisé en binôme inverse : mouillé/sec; trempé/séché; absorbé/rejeté; versé/essoré; liquide/solide; dur/mou, eau pure/eau mélangée; arrosé/séché; gardé/renversé ; couler/rester;etc... lors des expériences cela permet à l'enfant se repérer dans le temps et dans l'espace entre deux frontières opposées quant aux notions abordées.

Valérie MEDORI TOURE
sociologue

Trois mots qui posent problème au cycle 3, à plus forte raison au cycle 1. En dehors de l'emploi de ce vocabulaire on peut faire des mélanges et des dissolutions avec des situations que les élèves connaissent dès le petit déjeuner! Ce seront autant de références sensibles pour plus tard. Je vous signale aussi, dans le document d'accompagnement des programmes de 2002 (SCEREN-CNDP) L'eau à l'école maternelle, où il est question de bonbons au chocolat enrobés de sucre coloré ; une petite séquence qui répondrait tout à fait à votre souci (et c'est un document officiel!)
Alain Chomat
Fondation La main à la pâte

Pour l'avoir pratiqué moi-même en tant qu'enseignante, on peut tout à fait aborder la question des mélanges en maternelle GS (substances + eau) tout en sachant que le but ne sera pas la formulation de lois physiques ou chimiques. Cela, en suivant une démarche, certe très embryonnaire mais authentique, de méthode expérimentale avec questionnement de départ, hypothèses, expériences, observations, bilan avec, par exemple, essai de classification (ex : les mélanges qui laissent ou non un dépôt, l'aspect de ces dépots -semblables ou non à la substance de départ - la transparence de l'eau, etc. : voir à ce sujet les page 22, 23, 24 de La Physique est un jeu d'enfant chez Le Pommier)).

On peut inviter les enfants à s'exprimer librement sur la cause de ces résultats, à en discuter, à proposer de nouveaux mélanges. On est parfois étonné de leur faculté d'intuition -exprimée avec leur mots à eux - mais non dénuée de logique.

De ce fait, ces activités "hors programme" peuvent contribuer - avec déjà le plaisir du geste car nos bambins adorent "patouiller" pour "voir ce que ça va faire" - à leur ouverture au monde, à leur étonnement devant certains phénomènes même si les explications scientifiques ne sont pas encore à leur portée.

Mireille Hartmann