La création de couleurs

2 posts / 0 new
Last post
La création de couleurs

Merci pour les renseignements sur la production de couleurs. Françoise Chauvet, consultante du réseau La main à la pâte, me propose un tableau récapitulatif des différents procédés de création de couleur. En effet, cela m'intéresse beaucoup. Peut-elle me le faire parvenir ?

On sait que dans l'arc en ciel ou dans un spectre de lumière blanche, on voit une suite continue de couleurs. On en nomme sept (comme Newton) ou six (violet, bleu, vert, jaune, orange, rouge). Mais on voit bien que c'est un choix arbitraire, on pourrait en rajouter ou en enlever.
Lorsqu'on veut expliquer comment on obtient des couleurs avec l'écran de télévision ou en mélangeant des peintures, il est pratique de découper le spectre de la lumière en trois bandes : une bande large dans le domaine des longueurs d'onde courtes (violet-bleu), une bande dans le domaine des longueurs d'onde moyennes (vert-jaune-orange) et une bande dans le domaine des grandes longueurs d'onde (rouge).
Ces trois bandes sont vues respectivement de couleurs bleue, verte et rouge, couleurs appelées fondamentales ou primaires de la synthèse additive. Lorsque la lumière colorée provient d'une émission directe, par exemple dans le cas des luminophores des écrans couleur des téléviseurs (ce sont trois sortes de pastilles), la lumière émise correspond à chaque tiers de spectre (rouge, vert, bleu).
Si on fait de la peinture, la peinture jaune par exemple, éclairée en lumière blanche, renvoie deux bandes (rouge et verte) et soustrait la bande bleue.
Chaque couleur primaire du peintre renvoie deux-tiers du spectre et les trois primaires sont jaune, cyan et magenta. Ce sont les primaires de la synthèse soustractive.
Ce découpage en trois tiers de spectre se trouve justifié à la fois par ce qu'on observe et par les études sur la structure de l'œil.



Les termes de « synthèse additive » et « synthèse soustractive » appliqués aux procédés de création de couleurs s'interprètent en mettant en relation la composition simplifiée de la lumière reçue et ce qu'on voit.